Aller au contenu principal

COVID-19 (coronavirus) : Nos entreprises touristiques sont ravies d’accueillir en toute sécurité les gens du Nouveau-Brunswick et des autres provinces de l'Atlantique, et ont pris des précautions pour assurer leur protection. Consultez les avis de Santé publique et apportez votre masque. Vous pouvez aussi vous enregistrer en ligne avant d'entrer au Nouveau-Brunswick au moyen du Programme d'enregistrement de voyage.

 

De nature pluridimensionnelle

Musique, nourriture, langues, festivals, monuments, histoire – au Nouveau-Brunswick, la culture occupe toutes les sphères de la vie. La courtepointe colorée des communautés autochtones, française, britannique, irlandaise, écossaise témoigne d’une diversité culturelle en constante évolution. 

Tout a commencé il y a environ 11 000 ans, lorsque les peuples Mi’gmaq, Wolastoqiyik (Malécite) et Peskotomuhkatiyik (Passamaquoddy) occupaient le territoire qui allait devenir le Nouveau-Brunswick. Au début des années 1600, Samuel de Champlain et une poignée de colons français ont traversé l’Atlantique pour explorer l’Amérique. Les Français se sont alors établis dans les Maritimes, mais en ont été chassés après que la région eut été cédée à la Grande-Bretagne en 1710. Une partie de leurs descendants, les Acadiens, habitent encore ici malgré ces détours de l’histoire. À partir de ce moment, les pionniers britanniques et les agriculteurs de la Nouvelle-Angleterre se sont établis ici pour cultiver les terres fertiles, suivi des Loyalistes en 1780, ainsi que des colons écossais et irlandais au début des années 1800. Ensuite, les colons danois ont débarqué dans les années 1870 et les immigrants juifs à partir de 1890. Aujourd’hui, l’on retrouve des communautés italiennes, grecques, libanaises, asiatiques, indiennes, pakistanaises, syriennes et canado-africaines dans les villes et certaines régions de la province. 

Les langues sont une partie importante de notre culture – le Nouveau-Brunswick est officiellement bilingue depuis plus de 50 ans. La première Loi sur les langues officielles a été adoptée en 1969, faisant du Nouveau-Brunswick la première et seule province officiellement bilingue au Canada. Deux tiers des Néo-Brunswickois sont anglophones, l’autre tiers est francophone et 34 % des habitants peuvent parler les deux langues.